mardi 17 mars 2015

3e Journée Internationale du Bonheur Vendredi 21 Mars 2015








3e Journée Internationale du Bonheur :
Vendredi 21 Mars 2015

Depuis que l'ONU a déclaré le 20 Mars dans le monde entier comme étant la Journée Internationale du Bonheur, l'Ecole Internationale du Rire et du Bonheur la célèbre chaque année.

Cette année, elle s'associe au tout nouveau Centre d'Application de Psychologie Positive (le CAPP) pour proposer à Paris, dans le cadre de Festi'Bonheur, le premier festival des pratiques du bonheur, une Journée de découverte de la psychologie positive, science de l'épanouissement.



Festi'Bonheur est imaginé par Corinne Cosseron, créatrice de la rigologie, et parrainé par le psychologue suisse spécialisé en psychologie positive Yves-Alexandre Thalmann. 

Il propose samedi 21 Mars, une journée de symposium "Gardez le CAPP!" permettant de se familiariser avec les applications pratiques de la psychologie positive. A 11h le 17e Rire d'Or sera remis au photographe David Ken pour son LOL Project qui consiste à réaliser des murs entiers de mosaïques de personnes souriants et à les placarder dans les hôpitaux pour nous remonter le moral.

Il se clôturera dimanche 22 Mars, après une journée d'ateliers pratiques animés par six spécialistes du CAPP permettant d'appliquer concrètement dans sa vie personnelle, familiale ou professionnelle les outils de cette nouvelle science du bonheur.



Renseignements, inscriptions et Contact presse auprès de Dominique : 06 25 706 936 ou par mail sur le site www.ecolederire.org.





EN 2012, L'ORGANISATION DES NATIONS UNIES A PRIS UNE NOUVELLE RÉSOLUTION ET A DÉCLARÉ QUE LE 20 MARS SERAIT DÉSORMAIS LA JOURNÉE INTERNATIONALE DU BONHEUR.

Le 20 Mars 2013, pour la 1ère Journée Internationale du Bonheur, le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a fait la déclaration suivante:

"La poursuite du bonheur est à la base des entreprises humaines. Tous les peuples du monde aspirent à mener des vies heureuses et épanouissantes, à l’abri de la peur et du besoin, et en harmonie avec la nature.

Pourtant, pour beaucoup trop de gens vivant dans la misère, un bien-être matériel élémentaire demeure hors de portée. Pour bien d’autres encore, les crises socioéconomiques récurrentes, la violence et la criminalité, la dégradation de l’environnement et les menaces croissantes que font peser les changements climatiques constituent un danger permanent.

Lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio +20 qui s’est tenue l’an dernier, les États Membres de l’ONU sont convenus qu’il fallait envisager le développement durable de manière équilibrée, en prenant en compte ses trois principales composantes, à savoir la croissance économique, le développement social et la protection de l’environnement. Ils ont constaté que pour prendre des décisions de politique générale qui reposent sur des informations plus complètes, ils devraient adopter des mesures plus larges du progrès, en complément du produit intérieur brut.

Je juge encourageants les efforts entrepris par certains gouvernements pour concevoir des politiques fondées sur des indicateurs complets du bien-être et j’encourage les autres à suivre leur exemple.

Cette première Journée internationale du bonheur nous offre l’occasion de renforcer notre détermination à promouvoir un développement humain durable et sans exclusive et à renouveler notre promesse d’aider les autres. Lorsque nous contribuons au bien commun, nous nous enrichissons nous-mêmes. La compassion apporte le bonheur, et elle nous aidera à façonner l’avenir que nous voulons."



Texte de la Résolution des Nations Unies
 
«Sachant que la recherche du bonheur est un objectif fondamental de l’être humain, consciente de l’intérêt que revêtent le bonheur et le bien-être, objectifs et aspirations à caractère universel dans la vie des êtres humains partout dans le monde, et ayant à l’esprit qu’il importe de les prendre en compte dans le programme d’action publique, consciente également qu’il faut envisager la croissance économique dans une optique plus large, plus équitable et plus équilibrée, qui favorise le développement durable, l’élimination de la pauvreté, ainsi que le bonheur et le bien-être de tous les peuples, [l’Assemblée générale] décide de proclamer le 20 mars Journée internationale du bonheur »

http://www.lesoir.be/210715/article/debats/cartes-blanches/2013-03-19/bonheur-comme-finalite-du-developpement-economique-et-social


Références :

vendredi 13 février 2015

DIS-DONC, MA GOURDE, TU RÉALISES QUE TU AS UN SOURIRE BÉAT LÀ?....


Gratitude et bonheur ce matin. Il y a des matins comme ça où vous réalisez qu'un accord de paix a été signé, que la croissance remonte légèrement et que quelque chose en vous se réjouit même si vous militez habituellement pour le slow mouvement et la décroissance. Des matins où le fond de l'air semble s'alléger enfin, la sortie de crise se profiler, même si ce n'est pas une vue globale sur le long terme. Bref des matins où vous vous réjouissez pleinement de ce que vous avez là, immédiatement, de cette journée qui s'annonce sous le signe de l'espoir qui a la faculté de tout embellir. Un matin plein de projets où vous sortez de l'hiver et que tout est possible.

Et vous suivez votre rituel de mise en route : méditation dansante pour célébrer la vie, sauts, chants, bras en l'air, extase, véritable hymne à la joie de vivre. Puis méditation assise silencieuse.


Tout à coup j'entends aboyer l'affreux petit chien adopté il y a quelques mois par une voisine sourde. D'habitude tout se ferme en moi lorsque son cri suraigu sature dix minutes d'affilées la quiétude du quartier. Là, du fond de ma méditation, je vois passer au ralenti la pensée "Un aboiement de chien... Ça sent la campagne… j'ai de la chance…  Arrête de suivre tes pensées ! … Inspire… Expire… moment après moment…. Mais, c'est l'affreux chien de la voisine!.... Et j'ai trouvé son aboiement agréable???..... Reviens à ta respiration!... Avec bienveillance ! ... Inspire…. …. Expire…. Instant après instant…. Inspire….. Expire…. Dis-donc ma gourde, tu réalises que tu as un sourire béat là?.... Bon sang inspire! …. Expire…." J'inspire… et mon cœur se dilate de plus en plus,… J'expire… J'inspire … et mon sourire reste visé sur mon visage tandis que mes yeux se plissent… J'inspire…. Et la gratitude inonde chacune de mes cellules… J'expire… et une sorte de fierté m'envahit…" Les trois coups du gong. 

Le bonheur perdure! Cela fait des mois que les cris suraigus de ce chien pas élevé me scient les tympans et me crispent physiquement. J'ai développé un radar allergique qui fait que je l'entends dès le premier décibel et n'en loupe aucun contrairement aux autres personnes de la pièce qui mettent généralement plus de temps à le repérer avant de convenir, qu'en effet, il est insupportable. Des mois que j'ai compris que je ne changerai ni le chien, ni la voisine et que le seul paramètre modifiable dans l'équation c'est la manière dont moi je vis la chose!

Je suis allée faire sa connaissance et le caresser en espérant craquer devant le mignon chiot qu'il devait être, mais pas de bol il est idiot. J'ai expliqué en souriant à sa maîtresse qu'il était très sonore et essayé de réfléchir avec elle aux moyens possibles pour que nous vivions tous heureux. Je lui ai offert deux ouvrages sur la manière idéale d'élever son chien avec amour et même un cours avec le dresseur du quartier.  J'ai multiplié sans succès les méditations de la bienveillance, de l'amour inconditionnel et même du pardon. J'ai cherché des trucs sur les forums et déprimé devant tous les procès intentés! Puis j'ai carrément renoncé à combattre "mon problème avec le chien hurleur". J'ai essayé de me convaincre que l'on s'habitue absolument à tout et que ce chien n'était ni plus ni moins qu'un élément désagréable de ma vie comme ma douleur au genou.

Et j'en étais là quand ce matin son hurlement durant ma méditation silencieuse a déclenché ces trois pensées successives : "Un aboiement de chien... Ça sent la campagne… j'ai de la chance…"

Oh oui j'ai de la chance, bon sang ! Quelle chance j'ai ! Je suis enfin guérie de mon énervement au quart de tour lorsqu'il hurle! Tandis que j'écris, il aboie stupidement non-stop (si, si, il y a malheureusement des chiens incurablement idiots; ce n'est pas réservé qu'aux humains) et je souris toujours! Quelle douche de gratitude. Est-ce le bien-être dans lequel je suis depuis le réveil qui en est cause? Est-ce que dès demain, si je me lève du mauvais pied, je vais de nouveau bondir au premier jappement?

Je ne crois pas. Je pense que c'est vraiment le phénomène psychologique "d'habituation" qui est à l'œuvre. "On s'habitue absolument à tout même au pire" est une vérité scientifique. Lorsque ce chien est arrivé il y a six mois il a modifié un quartier calme en cauchemar. Aujourd'hui il fait partie intégrante du paysage sonore. Lorsqu'il se tait, nous savourons un calme devenu rare.

C'est tout, mais c'est génial et je poste ce témoignage pour vous redonner espoir au cas où vous aussi, un agacement majeur QUEL QU'IL SOIT soit venu envahir votre petit monde bien tranquille. Nos grands-mères comme toujours ont raison : "Laisse faire le temps!"


L'habituation est le phénomène de diminution progressive ou même de disparition d'une réponse à la suite de la répétition d'un même stimulus (Dodge, 1923).
 
L'accoutumance, qui est un processus biologique permettant à l'organisme de s'adapter à certaines substances, en est très proche.

PS de ma chatte Liloo : "Mon ronronnement apaise... " Elle vous conseille donc chaleureusement la lecture et surtout l'écoute (il y a un CD joint au livre) de "La Ronron thérapie" de Véronique Aïache, au Courrier du Livre.

En cadeau pour vous le prouver 1h de ronrons... à écouter doucement au casque!

Tags : Méditation, méditation silencieuse, chien du voisin qui aboie, habituation, psychologie positive, aboiements insupportables, nuisances sonores, bienfaits de la gratitude, bienfaits de la méditation.

mardi 13 janvier 2015

L'HYGIÈNE ÉMOTIONNELLE EN RIGOLOGIE


Ils ont promis de ne pas être larmoyants... Chapeau Charlie.

L'hygiène émotionnelle est au cœur de la pratique de la rigologie qui, contrairement à ce que certains croient parfois, ne consiste pas à se fendre la poire toute la journée mais à trouver le chemin le plus juste vers son authentique joie de vivre.

Il ne suffit pas de vouloir être joyeux, heureux ou rigolard pour le devenir. Notre joie de vivre est notre état par défaut lorsque tout est fluide en nous, nettoyé et juste. On ne peut être réellement joyeux si l'on est empli de la tristesse engluante du deuil,  de l'énergie vengeresse de la colère ou de l'apnée tétanisante de la peur car la joie nécessite toute notre énergie pour à la fois nous illuminer de l'intérieur et éclairer le monde.

Le rigologue pratique la discipline complète de l'hygiène émotionnelle au quotidien :
La marche des cinq sens et la promenade de la Calèche le connectent au moment présent, les méditations dynamiques lui permettent de ressentir puis diluer ses tensions physiques, les exercices d'évacuation émotionnelle lui offrent un lieu où toutes ses émotions sont acceptables et exprimables lui permettant un retour à sa fluidité naturelle, la méditation du sourire le reconnecte à sa paix intérieure et la méditation de la bienveillance lui permet de partager authentiquement sa joie de vivre avec le monde qui l'entoure.

Alors, dans cet humble état d'acceptation de ce qui est, au bout d'un temps variable, pour certains, le pardon devient envisageable…

#charliehebdo, #jesuischarlie, #pardon, #rigologie, #émotions